S C O L ' A I D E

AUCUNE INSCRIPTION N'EST EXIGEE


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 commentaire urgent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mimi4521



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 03/11/2013

MessageSujet: commentaire urgent   Dim 3 Nov - 2:43

Bonsoir, j'ai un commentaire composé à rendre pour lundi pourriez vous me corriger les fautes d'orthographe et me dire ce que vous pensez sur mon analyse, je n'ai pas fait de sous partie car je ne suis pas arriver à en trouver


1) Quels aspects du théâtre les trois documents célèbrent-ils?

Dans l'extrait l'échange de Claudel, Lechhy elbernon explique à Marthe que signifie pour elle le théâtre. Elles pensent que le théâtre est 1 rêve mais n'en n'ont pas la même perception. Pour Marthe le théâtre est factice alors que pour Lechy le théâtre permet d'appendre aux individus de se connaître. Selon Claudel le théâtre permet de faire prendre conscience à l'Homme qui il est. Le théâtre possède donc un rôle important. Le théâtre peut ainsi faire passer des message et faire réfléchir tout en divertissant.
Dans le texte de Kean de Dumas la aussi le théâtre a une fonction importante car grâce à lui Anna, une femme "sans vis, ni âme" reprend goût a la vie après qu'elle est la pièce de théâtre Roméo.
Dans le Fo, le gai savoir de l'acteur, l'acteur insiste sur la différence entre le théâtre et la littérature "il n'y rien (...)qu'on fasse pour l'y réduire".Selon lui une pièce de théâtre est faite pour jouer et ainsi montrer sa beauté et non pas à travers la lecture.
Ces trois textes, glorifie le théâtre, le valorise.
Ils mettent en évidence que le théâtre est la pour divertir, détendre mais aussi aider les personnes.

2) Ecriture
Vous commentez le texte d'Alexandre Dumas en vous appuyant sur les centres d'interet suivant :
- L'expression des émotions révélées par le théâtre
-Le théâtre comme thérapie, ttraitement du corps et de l'esprit

Introduction
Ce texte est extrait de la pièce de théâtre "kean" publier par Alexandre Dumas en 1936. Représentée pour la première fois au Théâtre de variété le 31 ao^t 1936. Cette pièce de théâtre est inspirée de la vie du comédien Edmond Kean.
Dans kean, Anna souffre d'une maladie incurable, mais après que son tuteur l'emmena regarder une pièce de théâtre sous les conseils d'un médecin, elle guérie miraculeusement. Nous nous demanderons en quoi le théâtre est le centre de cette extrait : tout d'abord nous verrons l'expression des émotions révélées par le théâtre enfin le théâtre comme thérapie, traitement et de l'esprit.


I) L'expression des émotions révélées par le théâtre

Le monologue d'Anna est centé sur elle-même et rappelle l'importance du "moi" chez les Romantiques.
L'emploi récurant de la première personne, souvent en tant que sujet est très présent dans le texte. Anna est envahit par le désespoir "je n’espérais rien....."(l 1,2)
La présence de l’imparfait dans les lignes 2 à 6 indique des faits habituels : le tuteur cherchait sans relâche un médecin pour guérir Anna "Mon tuteur (...) sans remède" (l 2 à 4).
On a aussi une petite description de cette maladie des "climats" contre laquelle "toute science échoue". On a l'impression que Anna possède un corps sans âme. Elle est tel un pantin qu'on guide et dicte se qu'il doit faire (l 11-19).
Les émotions de Anna se montre à travers le lyrisme de son expression.
Les moments passionnés et de surprise sont marqués par des interjections "oh!". Les points de suspension marque les émotions qui sont à leur paroxysme ( degré le plus haut).
Les hyperboles sont présent dans sont récit "tous mon sans(...) près de défaillir" (l 23-24)
des métaphores "Cette voix(...) je n'en avais entendu" (l 29-30).

I) Le théâtre comme thérapie, traitement du corps et de l'esprit

Anna dans les premières ligne nous décrit les symptômes de sa maladie.
Le champs lexical du corps est très présent" sang, cœur, oreille, yeux, lèvres.."
et les fonctions vitale "respirer, étouffer, muette..."
Anna liste les premier symptômes de sa maladie "Mon premier (..) douloureux"
"Toutes ces lumières m'éblouirent" "Tout mon être tressaillit" "Je restai muette(...) je regardai, j'écoutai"
On voit une amélioration de son état de santé. Le passé simple décrit son attitude, comportement durant sa guérison "tournai, vibra, tressaillit, restai, regardai, écoutai"
L'imparfait expose c'est impressions personnelles.
On a l'impression que son esprits s'éclair qu'elle a trouvé un nouveau but dans sa vie

Conclusion :
Le théâtre est le centre de cette pièce car il va permettre à Anna son rétablissement, elle pouvoir reprendre goût a la vie; Tout au long de cette extrait elle passe d'une femme sans but, envie qui finit par avoir des émotions intense.

Ensuite il faut faire une ouverture mais je sais pas quoi mettre pourriez vous m'aider svp




voici les différent texte:
1) Kean, d'Alexandre Dumas
ANNA. – Je ne désirais rien, je n’espérais rien, je n’aimais rien. Mon tuteur avait consulté les médecins les plus habiles de Londres, et ils nous avaient dit que le mal était sans remède, que j’étais attaquée de cette maladie de nos climats contre laquelle toute science échoue. Un seul d’entre eux demanda si, parmi les distractions de ma jeunesse, le spectacle m’avait été accordé. Mon tuteur répondit qu’élevée dans un pensionnat sévère, cet amusement m’avait toujours été interdit … Alors il le lui indiqua comme un dernier espoir … Mon tuteur en fixa l’essai le jour même ; il fit retenir une loge, et m’annonça, après le dîner, que nous passions notre soirée à Drury-Lane (1) ; j’entendis à peine ce qu’il me disait. Je pris son bras lorsqu’il me le demanda, je montai en voiture
… et je me laissai conduire comme d’habitude, chargeant en quelque sorte les personnes
qui m’accompagnaient de sentir, de penser, de vivre pour moi … J’entrai dans la salle
… Mon premier sentiment fut presque douloureux : toutes ces lumières m’éblouirent,
cette atmosphère chaude et embaumée m’étouffa … Tout mon sang reflua vers mon
cœur et je fus près de défaillir … Mais, en ce moment, je sentis un peu de fraîcheur, on
venait de lever le rideau. Je me tournai instinctivement, cherchant de l’air à respirer …
C’est alors que j’entendis une voix … oh ! … qui vibra jusqu’au fond de mon cœur …
Tout mon être tressaillit … Cette voix disait des vers mélodieux comme je n’aurais
jamais cru que des lèvres humaines pussent en prononcer … Mon âme tout entière passa
dans mes yeux et dans mes oreilles … Je restai muette et immobile comme la statue de
l’étonnement, je regardai, j’éc[***]outai … On jouait Roméo.

2) L'échange de Paul Claudel
Marthe. – Quoi ? Qu’est-ce qu’ils regardent, puisque tout est fermé ?
Lechy Elbernon. – Ils regardent le rideau de la scène. Et ce qu’il y a derrière quand il est levé. Et il arrive quelque chose sur la scène comme si c’était vrai.
Marthe. – Mais puisque ce n’est pas vrai ! C’est comme les rêves que l’on fait quand on dort.
Lechy Elbernon. – C’est ainsi qu’ils viennent au théâtre la nuit.
Thomas Pollock Nageoire. – Elle a raison. Et quand ce serait vrai encore, qu’est-ce que cela me fait ?
Lechy Elbernon. – Je les regarde, et la salle n’est rien que de la chair vivante et habillée. Et ils garnissent les murs comme des mouches, jusqu’au plus fond. Et je vois ces centaines de visages blancs. L’homme s’ennuie, et l’ignorance lui est attachée depuis sa naissance.
Et ne sachant de rien comment cela commence ou finit, c’est pour cela qu’il va au théâtre.
Et il se regarde lui-même, les mains posées sur les genoux.
Et il pleure et il rit, et il n’a point envie de s’en aller.Et je les regarde aussi, et je sais qu'il y a là le caissier qui sait que demain On vérifiera les livres, et la mère adultère dont l'enfant vient de tomber malade, Et celui qui vient de voler pour la première fois, et celui qui n'a rien fait de tout le jour. Et ils regardent et écoutent comme s'ils dormaient.


3) Fo, le gai de l'acteur de Dario Fo
A quoi sert l'improvisation? A bâtir et à tisser sur-le-champ un texte avec des situations, des mots, des gestes. Mais surtout à ôter de la tête des acteurs que le théâtre ne serait que de la littérature mise en scène, ornée de décors, et jouée au lieu d'être lue.
Il n'en est rien. Le théâtre n'a rien à voir avec la littérature, quoi qu'on fasse pour l'y réduire.
Brecht disait avec raison de Shakespeare : « Dommage qu'il soit beau, même à la lecture : c'est son seul défaut, mais il est grave. » Il avait raison. Une oeuvre théâtrale valable, paradoxalement, devrait ne pas plaire à la lecture et ne révéler sa valeur qu'à la réalisation scénique. On me dira ce qu'on voudra : c'est en les voyant jouer sue les planches que des pièces comme Dom Juan ou le Tartuffe de Molière me sont apparues comme des chefs-d’œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
commentaire urgent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sainte Prisca ou Priscille IIIème s. (Rome) et commentaire du jour " L'Epoux est avec eux"
» Fête de la Pentecôte et commentaire du jour "De la Pentecôte juive à la Pentecôte chrétienne"
» Saint Augustin et commentaire du jour "Voici l'époux"
» Saint Basile le Grand Docteur de l'Eglise et commentaire du jour "Au milieu de vous se tient..."
» Commentaire de l'article 34 de la constitution

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S C O L ' A I D E :: ******************** L A N G U E S :: Français-
Sauter vers: